Skip to content
Diagonales : 11 avril 1954, le jour le plus nul du XXème siècle ?
19-01-2015
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Des informaticiens de l'université de Cambridge ont compilé 300 millions d'événements intervenus entre 1900 et 1999, afin de déterminer la date où il s'était passé le moins de choses. C'est le 11 avril 1954 qui ressort comme le jour le plus ennuyeux du siècle : aucune disparition célèbre, aucune naissance de personnalité, aucune bataille décisive, aucun exploit sportif, aucun fait divers mémorable. La presse du monde entier a abondamment commenté l'information; allant jusqu'à vérifier sur les unes des journaux que ce dimanche était effectivement sans saveur. Mais c'est sans compter avec le prix Nobel. La plupart des lauréats ont en effet plus de soixante ans lorsqu'il reçoivent la prestigieuse distinction. Peut-être l'avenir nous révélera-t-il qu'un grand scientifique ou un écrivain majeur sont nés le 11 avril 1954 ?

Il est décidément aussi difficile de prévoir le passé que d'anticiper l'avenir !

 

 

 

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

  

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

1932

« Picasso 1932. Année érotique » est la première exposition dédiée à une année de création entière chez Picasso, allant du 1er janvier au 31 décembre d’une même année. Du 10 octobre 2017 au 11 févr. 2018, au musée Picasso, l’exposition a pr&eac [ ... ]
La fin des ambassades

Le prince Lichnowsky (1860-1928) représente l'Allemagne à Londres depuis deux ans lorsqu'il traverse Green Park le 3 août 1914 sur son chemin de retour à l'ambassade après une convocation au Foreign Office. Berlin vient de déclarer la guerre à la France. Le gouvernement britannique a averti le diplomate que Londres [ ... ]
Dorgelès

Dès 1914, Roland Dorgelès (1886-1973), alors jeune journaliste, s’engage dans l’infanterie. Cette expérience marque son entrée en littérature. Considéré comme son chef-d’œuvre, Les croix de bois lui valent en 1919 le prix Femina. Dans un style sans fioritures, le roman retrace le quotidien de G [ ... ]